Nos étudiants publient !

Si la formation proposée par Désir d’écrire permet d’améliorer son style et la cohérence de ses écrits, elle donne également des outils pour améliorer ses chances de se faire publier. Six de nos étudiants en ont fait l’heureuse expérience.


Un rêve se réalise
Caroline Noël, Roger Bucher, Zorah Viola, Jeanne de Lafontaine, Bénédicte Delrieu, Luc Boisnard, encadrés par Alain Maillard, Alain Jamot et Pierre Fankhauser, ont vu leur rêve se réaliser : publier leur livre. Chacun à leur manière, ils ont pu s’appuyer sur la formation proposée par Désir d’écrire pour mener à bien leur projet d’écriture et tenir enfin leur ouvrage entre leurs mains.
Nous vous présentons ici leurs projets ainsi que leurs expériences au cours de leur apprentissage. N’hésitez pas à découvrir leurs livres en fonction de vos intérêts pour la fiction, le récit de vie ou les documentaires : de quoi nourrir votre inspiration pour que vous puissiez, vous aussi, aller au bout de votre rêve !

Haut les cœurs !
Notre étudiante Caroline Noël, auteure et blogueuse connue des internautes sous le nom de Carobookine, a publié aux éditions Charleston Haut les cœurs, son premier roman. Elle y raconte dans une langue très vivante l’histoire de Chloé, blogueuse de voyages, dont la vie va être changée du tout au tout par un événement tragique dont elle va être le témoin et qu’elle préférera taire.
Voici ce que dit Caroline Noël en parlant de son travail avec son conseiller en écriture Pierre Fankhauser. « J’ai toujours rêvé d’écrire, mais je ne savais pas comment m’y prendre. Lorsque j’ai commencé à travailler avec Pierre, j’ai appris à libérer mes idées, à envisager les pistes les plus folles, puis à les cadrer. Il m’a épaulée avec des conseils avisés, toujours justes, et jamais dans le jugement. Pierre est un formidable coach, un conseiller littéraire dont la qualité de nos échanges m’a donné assez confiance en moi pour aller au bout de mon projet. » Vous pouvez retrouver ici l’interview qu’elle nous a accordée.

Être accompagné tout au long de mon projet
Vous avez tous en mémoire la photo du petit Aylan échoué sur une plage turque. Pour notre étudiant Rocher Bucher, cette image a été le déclencheur d’un projet romanesque : Larmes d’exil. Dans son interview sur notre blog, l’auteur raconte la genèse de son parcours d’écriture et explique comment son coach Alain Jamot l’a accompagné jusqu’à la publication de son roman chez Jets d’encre à Paris.
Lorsqu’on lui a demandé, au cours de l’entretien, en quoi la formation de Désir d’écrire l’avait aidé pour écrire et publier son livre, Rocher Bucher a répondu ceci : « Ce qui m’a séduit c’était d’être accompagné tout au long de mon projet. Je me rappelle encore avoir élaboré le projet de plan du roman dès le module II du premier classeur et Monsieur Alain Jamot m’avait alors dit : “Plan efficace, on a envie de lire le roman […] Il ne vous reste plus qu’à pondre les 100 ou 200 pages qui vont avec”. J’ai donc pu élaborer mon roman tout en faisant des exercices souvent en rapport avec mon projet. »

Je tiens mon livre dans mes mains
« Je tiens mon livre dans mes mains et je peux vous dire que je ressens une immense émotion et un grand bonheur. Je vous remercie ainsi que toute votre équipe et tout particulièrement Monsieur Alain Maillard, personne très compétente et chaleureuse qui m’a accompagnée durant ma formation. J’ai envoyé mon manuscrit à plusieurs éditeurs et j’ai eu la chance de voir mon livre accepté par l’un d’eux. »
Voici le très beau message que nous avons reçu de la part de Zorah Viola lors de la publication chez L’Harmattan de son récit De famille à tribu où elle relate le parcours qui l’a amenée à devenir assistante maternelle. Il est possible de suivre le très beau projet de Zorah sur son blog. Et ne manquez pas son interview sur notre blog !


Apprendre les codes
Dans Altitudes , Luc Boisnard retrace son parcours, celui d’un chef d’entreprise se découvrant lui-même alors qu’il part soigner l’Everst. En effet, le plus haut sommet de la planète en est aussi la plus haute poubelle. Des tonnes de détritus, bouteilles d’oxygène, tentes, duvets, emballages abandonnés, et même cadavres encombrent en effet les camps d’altitude jusqu’au sommet. Accompagné de vingt Sherpas, Luc Boisnard est le premier Français à dépolluer l’Everest : il est redescendu avec plus d’une tonne de déchets !
Voici ce que la formation de Désir d’écrire lui a apporté : « Prétendre devenir écrivain sans se former me semble un poil prétentieux. J’aime bien griller les étapes, mais il y a des métiers qui ne souffrent pas d’improvisation. La littérature, quel que soit le genre, répond à des codes. Si on n’applique pas ces codes, peu de chance d’être édité. Produire, n’est pas compliqué en soi. Structurer, manier l’art de la narration, du suspense, du chapitrage, de la table des matières, de l’intrigue, du dénouement, de la construction ne s’improvise pas. » Découvrez l’interview qu’il nous a accordé.

Une formation complète
Jeanne de Lafontaine a quant à elle publié Coupable de naissance, récit traitant de la manipulation morale. « Plus que la maltraitance physique, le harcèlement moral peut détruire juste par des mimiques, des regards, des sous-entendus accompagnés de paroles pourtant bienveillantes. Aux yeux de tous, la victime est sans défense, présentée comme une personne mauvaise et ingrate vis-à-vis de son manipulateur, si charmant, qui agit incognito. »
Pour sa part, Benedicte Delrieu a concocté un roman, Hominum Salvator, dans lequel Delphino, un psychiatre genevois de renom, est retrouvé entre la vie et la mort dans son cabinet par l’une de ses patientes, Clara, inspectrice de police. Cette dernière est chargée de l’enquête et fait la connaissance de Zoé, journaliste d’investigation, également une patiente du thérapeute.

Ces auteurs ont su profiter au maximum d’une formation complète et d’un accompagnement personnalisé, depuis les premières phrases posées sur le papier jusqu’aux lettres d’accompagnement envoyées aux différents éditeurs. Il va sans dire que toute l’équipe de Désir d’écrire est très fière de leur succès et qu’elle leur souhaite le meilleur pour leurs ouvrages ainsi que pour les suivants !